vue rue haute 1 / 22
vue rue 2 / 22
image place 3 / 22
vue 2 place rendu 4 / 22
planmasse 5 / 22
pers parc et coupe long 6 / 22
vue axo 7 / 22
programme 8 / 22
pm 500 9 / 22
plan log je 10 / 22
typo t3- t5 11 / 22
typo t2 t3 12 / 22
typo T2 13 / 22
cp logem 100 14 / 22
cp log trans 100 15 / 22
coupe long 16 / 22
cp place 3 17 / 22
cp place 2 18 / 22
schema sec 19 / 22
coupe place 20 / 22
image place couv 21 / 22
pm paysage 22 / 22

vue rue haute

Quartier Campagnard Eco-Durable à Targon / Gironde

L’évolution urbaine et le développement des zones rurales est un sujet qui présente la même urgence, peut-être plus encore que le développement des métropoles. Si, dans les zones métropolitaines, les dernières décennies ont intéressé urbanistes, architectes et politiques, devant le désastre des expansions suburbaines, au contraire, les villes rurales ont été délaissées trop souvent à la merci des constructeurs parfois peu scrupuleux.
Le résultat est catastrophique : des lotissements sans planification, manquant de liens avec l’urbanité existante, des maisons à répétition, généralement à bas coût, mais qui répondent malheureusement pertinemment aux exigences basiques des habitants, sans se poser les questions primordiales sur l’avenir du paysage, sur l’environnement et sur la sociabilité de ces agglomérations.
A Cartier la question est posée en amont, avant que Targon ne soit dévorée par ce type de développement anarchique.
Nous avons reçu un cahier des charges pour cela _ précis ! _ mais parfois la précision, à ce stade, favorise les débats et anime les esprits. Débats qui ont eu lieu, qui ont renforcé nos convictions et parfois changé nos visions des choses.
La suite de ces débats a été l’envie de créer, non pas un projet, mais d’abord des éléments d’écriture pour que Cartier ne soit pas une oeuvre seule, identifiée et unique; une série d’outils qui permettra de concevoir Cartier comme un prototype, base d’une nouvelle modalité d’approche d’urbanité rurale.
Ces éléments étaient en partie décrits dans le cahier des charges, d’autres ont été ajoutés, interprétés, malaxés, détournés. Notre travail est d’abord de vérifier que un programme est pertinent et en cohérence avec nos convictions architecturales et urbaines, fruit de notre expérience.
En partant des typologies, en passant par un plan masse idéal, nous avons voulu identifier cinq éléments majeurs, qui in fine, seront nos éléments déclinables.
Notre nouveau vocabulaire campagnard est devenu le vocabulaire de Cartier : la place rurale et signal, la rue maîtresse, les venelles, le parc parking, le parc campagnard.
LA PLACE RURALE ET SIGNAL
Elément guide du plan masse, elle remplit deux rôles primordiaux. Le premier est l’élément d’ancrage à la rue nationale (ou départementale, souvent axes structurants des villages ruraux), le deuxième est le lieu social du quartier. Ouverte à tous les villageois, piétonne, entourée par des bâtiments, qui laissent toutefois des percées sur le paysage, elle regroupe les fonctions communes du quartier _ bistrot, activités, commerces, halle ou salle polyvalente_ mélangées à de l’habitat. Le parvis central est le lieu des activités en plein air, la zone de rencontre et d’arrêt.
LA RUE MAITRESSE
Il s’agit de l’axe résidentiel principal. Démarrant de la place, elle structure une série d’édifices d’habitations autour d’un espace public étiré. Lieu de distribution mais également d’arrêt, dédié aux résidents et traversé par tous les habitants du bourg et «sortie» du quartier vers le paysage.
LES VENELLES
Transversalement et régulièrement, la rue maîtresse est coupée par des venelles, des sentiers en terre battue, qui distribuent et relient la rue et les autres éléments entres eux (parking et parc). Ce sont les axes secondaires de la future extension du quartier. La venelle deviendra la future rue résidentielle secondaire.
LE PARC PARKING
Noyé dans la végétation, le parking regroupé dans une seule zone stratégiquement choisie, permet à la fois de libérer le quartier des circulations carrossables et de garer son propre véhicule à proximité des habitations et des activités. L’ombre est assurée par la végétation et par des pergolas de panneaux solaires, qui transforment le parking en pile énergétique du quartier. Le parc parking est relié aux habitations par les venelles.
LE PARC CAMPAGNARD
En lisière du quartier, l’espace non construit et libre est laissé naturel. Ponctué par des « clairières thématiques » (jeux d’enfants, théâtre de verdure, pique–nique, etc.), relié par les venelles à la rue maîtresse, il assure le rôle de parc de détente et de promenade. Il est en liaison direct avec l’habitat et est le paysage proche des vues principales du quartier.
Les cinq éléments campagnards sont déclinables, adaptables et doivent être contextuels. La théorisation de ces éléments, appliquée à Targon démontre leur souplesse. Cela permettra d’aboutir à un cahier des charges général qui complétera le programme fourni pour ce concours par l’association Entre deux mers, nouvel outil de construction aux services des élus des zones rurales. Le pavillonnaire tradi/rurale est éliminé du paysage.

  • Type: Logements
  • État: PC
  • Année: 2016
  • Ville: Targon / Gironde
  • Client: FAC promotion
  • Budget: 4 M€
  • Équipe: Atelier Roberta Paysagistes
  • Prestation: Mission Complete